Le crapaud au ver de terre...





Parmi les anecdotes lors de sorties pêches, je pourrais vous conter le jour où en pêchant à la bulle d'eau mouche noyée, j'ai pris une hirondelle en plein vol, une autre fois c'était une chauve-souris au coup du soir toujours à la mouche, j'ai vu un copain attraper une vipère en pêchant au toc avec une sauterelle, kiko aussi a fait fort sur le Lac de Grangent alors que son shad blanc faisait des petits bonds sur l'eau c'est une mouette qui est venu le prendre, la canne sautant dans tous les sens avait failli finir au fond des eaux de la Loire.
Quand à ce week-end sur Sarrans, c'est en maniant lentement sur le fond d'une anse un ver de terre que je perçois un léger toc, je ferre et en ressentant une légère résistance, je pense avoir accroché une petite branche et à ma grande surprise un gros crapaud avait pris le ver malheureusement il décrocha sans que je puisse le prendre en photo.

Maintenant revenons à la pêche qui ne fut pas terrible, c'est le matin de très bonne heure que je prendrais deux perches d'environ 25Cm au shad pafex, j'aurais ensuite deux jolis tapes toujours avec le même leurre mais les ferrages se feront dans le vide, c'est Kiko qui touchera le dernier poisson un brochet maillé aux belles cicatrices sur les flancs certainement les séquelles de sa rencontre avec une grosse femelle.

Sortie truite sur L'Allier



Cet après-midi, nous sommes de retour sur notre coin à truites fétiche, un endroit sauvage et très difficile d'accès dans les gorges du Haut-Allier. En arrivant, nous rencontrons un pêcheur qui est là depuis l'aube, il nous annonce qu'il n'a pas eu une seule touche que ce soit en pêchant au vairon manié ou au toc pourtant les eaux de L'Allier sont superbes bien gonflées et cristallines.
Nous commençons la pêche, Kiko est au fouet et pour moi ce sera au petit poisson nageur.
C'est dans une fin de courant que je vois la queue de la première truite de l'année, un beau poisson qui viendra jeter un coup d'oeil à mon rapala et repartira aussitôt en m'apercevant, je fais suivre une autre truite peu de temps après mais elle aussi ne prendra pas.
Arrivé dans un courant calme ma petite canne plie, après deux ou trois rushs, je vois le ventre jaune d'une belle fario mais la rusée réussira à décrocher d'après la force des coups de tête et ce que j'ai pu voir du poisson, elle devait avoisiner les 40Cm.

C'est le soir que je réussis à prendre la première de l'année, une jolie sauvage de 30Cm, après une belle défense, elle se rendra finalement pour la pause photo.

En ce début de mois d'avril, les eaux glaciales de fonte des neiges rendent les truites bien timides et peu enclines à courir après nos leurres mais malgré tout nous sentons que tout doucement elles commencent à sortir de la léthargie où les a plongé cet hiver très rigoureux.

Partenaires: Shootnews | Natuxo