Un float pour deux...



Pour notre première sortie en float-tube, c'est le Lac de Villerest qui sera choisi comme lieu de pêche.
Le seul problème, c'est que le float que vient de recevoir Tony a été livré sans les valves, souhaitons que ce petit souci sera réglé rapidement par le vendeur qui devrait renvoyer les pièces rapidement.
De ce fait, nous nous retrouvons à pêcher chacun notre tour sur le float, pendant que l'un surveille les cannes à poser l'autre s'entraîne à diriger cette embarcation peu commune.
Les eaux du lac sont recouvertes d'une algue verte épaisse et l'activité des poissons en surface est inexistante.
C'est sur la fin de mon premier tour de float que je lance un shad sur tête sabot au pied d'une falaise, tout d'abord je crois à l'accrochage puis je sens de suite les coups de tête tout en puissance d'un gros poisson, je ne saurais dire si c'était un silure ou un gros sandre car il décrocha presque aussitôt.
Le reste de la journée ne donnera rien que se soit au posé ou au manié, en partant nous croisons des pêcheurs locaux qui nous disent que depuis quinze jours, il ne se prend pas grand chose sur le lac.
J'aurais bien aimé prendre mon premier poisson en float, pour cette sortie c'était pas loin, malheureusement je n'ai pas senti la touche et mon ferrage n'a pas était assez efficace.
Il ne reste plus qu'à souhaiter que pour notre prochaine sortie en float, nous puissions ouvrir les compteurs et ainsi connaître les sensations d'une lutte avec un poisson furieux qui se débat à quelques centimètres de vos palmes.



Joli coup du soir en Loire...



C'est en solo que je décide de me rendre sur les bords de Loire en cette fin d'après-midi, je rejoins un coin de pêche proche de chez moi que je connais par coeur.
En cette période qui annonce la fin de l'été, quelque chose me dit que les carnassiers sont de sortis et préparent leur réserve de graisse en prévision de l'hiver.
Mon intuition était bonne car au bout du troisième lancés, sept cent dents acérées viennent écraser mon X-Rap clown de 11Cm, le brochet de 77Cm n'est pas content du tout mais sera obligé de se rendre afin de poser pour la photo, il regagnera ensuite les eaux de la rivière qui l'a vu naître.
Une fois remis de mes émotions, je descends la rive sur une dizaine de mètres, arrivé dans un calme profond je passe au leurre souple et j'opte pour un shad pafex sur drachko, le leurre touche le fond et après avoir manié sur quelques mètres, je sens une lourdeur, je ferre aussitôt et je commence à apercevoir les flancs du grand bec qui se débat de toutes ses forces, il essaie d'aller se cacher dans un arbre noyé mais je réussis à le brider, il repart de plus belle et me fait une jolie chandelle mais il est bien piqué et je réussis à le mettre au sec, c'est un joli poisson de 87Cm, il jouera lui aussi le top model avant de retourner en Loire, histoire de grossir un peu.
Je décrocherai ensuite un autre poisson de taille moyenne, puis je commence à me rendre compte que dans peu de temps la nuit sera là et qu'il est temps de rentrer.
Je pars en laissant la rivière au maître des lieux, le seigneur des eaux douces ce mystérieux et fantastique poisson qui me régale à chaque fois par sa combativité et ses attaques aussi brutales que inattendues.

Essai réussi pour la Garbolino Resurrection...




C'est avec sa nouvelle canne, une Garbolino Resurrection en 2M40, que Tony attaque la pêche, nous sommes sur les bords de Loire en ce samedi après-midi et le poisson recherché en particulier est le brochet.
Le temps est maussade, la pluie et le vent seront au rendez-vous toute la journée.
C'est Tony qui ouvre le bal en prenant un brochet de 61Cm au shad pafex et une nouvelle fois il inaugure de la plus belle des manières sa jolie canne qui est d'un excellent rapport qualité/prix et qui se révèle à la hauteur pour contrer les rushs du poisson.
Ensuite, c'est en secouant mon X-rap shad au niveau des herbiers que je vis sortir de nulle part un énorme éclair blanc qui aspire mon leurre sans que je n'eus le temps de réagir, le combat dure deux à trois minutes et au moment où je vais me saisir du grand bec que j'estime à plus de 70Cm, il décroche en me laissant tout penaud, le brochet est toujours là caché dans un herbier, j'aperçois sa queue qui dépasse, Tony le touche doucement au niveau du ventre et il nous fit ses adieux lors d'un démarrage fulgurant, j'aurais aimé qu'il pose pour la photo mais on ne gagne pas à tous les coups, en tous cas, il aura laissé un souvenir à mon poisson nageur qui se retrouve avec de belles balafres.
C'est ensuite Tony qui prendra à nouveau un brochet de 67Cm à la cuillère suissex, un joli poisson piqué du bout des lèvres qui regagnera son élément sans problème.
Avec cette partie de pêche, nous sentons l'arrivée de l'automne et son lot de moments inoubliables en ce qui concernent la pêche des carnassiers, les brochets commencent à s'activer en prévision de l'hiver et nous serons au rendez-vous au bord de l'eau pour essayer de prendre un de ces poissons trophées qui en cette saison n'est pas rare.

Sandres en eaux troubles...



C'est le matin, ce samedi que nous commençons la pêche avec Tony sur la Loire.
Après les orages de ces derniers jours, la rivière est haute et les eaux qui charrient de la terre sont couleur café au lait.
Nous pensons que ce "coup d'eau" fera sortir le poisson, maintenant il ne nous reste plus qu'à le vérifier.
C'est au bout de quelques lancés que j'aperçois un beau sandre d'environ 60Cm venir faire la bise à mon x-rap shad alors que je le ramenais à mes pieds, il fit aussitôt demi tour en me voyant, encore sur le coup de l'émotion, j'en parle à Tony et nous décidons d'insister sur le poste mais nos efforts furent vains.
Nous remontons la rivière et durant plus de deux heures nous n'enregistrons aucune touche.
Soudain dans un contre-courant Tony qui pêche avec un shad orange sur tête plombé rate un joli poisson au ferrage, il relance au même endroit et réussit à piquer un sandre de 42Cm, après l'avoir remis à l'eau, il lance à nouveau et rate un autre poisson toujours au ferrage.
Je le félicite pour son sandre et je me dis que j'aimerais bien en piquer un aussi et c'est derrière un gros rocher qui casse le courant sur la rive d'en face que je trouve notre grand percidé, je dépose mon x-rap couleur perche juste derrière la pierre et à la touche brutale, je réponds par un ferrage énergique, le sandre se défend comme un beau diable dans le courant et finalement c'est un poisson de 50Cm qui pose pour la photo.
Un peu plus tard, dans une zone de bouillon, chacun notre tour, nos leurres seront suivis par des poissons de belles tailles sans être attaqués et ces poissons ressemblaient beaucoup à de grosses truites.
Pour cette journée, les leurres qui ont marché étaient de couleurs vives et tirant sur l'orange, ce qui me conforte encore dans l'idée que par eaux sales les leurres "flashy" ne doivent surtout pas être négligés.

Partenaires: Shootnews | Natuxo