Trempés mais contents


C'est à la bourre que nous arrivons ce samedi matin sur Sarrans malgré tout nous prenons notre temps pour gonfler les floats et mettre à l'eau.

Nous commençons avec une température à peine au-dessus de zéro mais quelques coups de palmes suffisent pour nous réchauffer.
Pour démarrer, nous choisissons un secteur peu profond et les touches ne tardent pas à arriver, quelques petits sandres sont pris au petit shad et au drop, nous continuons dans le coin en nous décalant dans le profond et c'est là que Damien réussit un joli coup de ligne en prenant un sandre de 65Cm au drop avec un beau vif.
Par la suite une période de malédiction commença pour nous trois avec de nombreux ratés et décrochages dont dans le lot de très beaux poissons.
C'est après être retournés sur des secteurs moins profonds sous le déluge que je prends sur une belle touche un sandre de 56Cm au plomb palette et sur le lancé suivant je touche son frère jumeau en plus dodu.

Nous insistons sur le poste avec d'autres techniques mais la pluie redoublant de violence nous oblige à écourter la partie et c'est sous des trombes d'eau que nous rangeons le matériel.
Nous rentrons dans la voiture trempés jusqu'aux os mais heureux du bon moment passé sur l'eau.

Le plomb frappe encore

C'est reparti pour deux jours de pêche sur le Lac de Granval, deux journées totalement différentes pour ce qui est du temps car si le samedi sera ensoleillé, le vendredi fut dantesque car une petite pluie incessante nous mènera la vie dure jusqu'au soir.
Le premier jour, nous prenons trois brochets largement maillés au mort manié dans des postes et des profondeurs variés, les autres techniques ne donnant rien nous insistons au MM et malgré quelques ratés nous ne prennons plus rien.

Le lendemain, les collègues nous rejoignent en float et c'est Damien qui fera pêche en prenant un sandre de 45 et un autre de 61 avec sa technique préférée, le drop avec petits vifs.

Quant à nous toujours humide de la veille, nous commençons sur une plage où après une belle touche je prend un brochet au leurre souple.

Le reste de la matinée ne donne pas grand chose à part quelques perchettes au plomb palette et c'est finalement sur le coup de midi que je prends un sandre maillé au PP, Kiko lance de suite son MM et prend un brochet sur le même poste.
C'est après avoir rencontré un pêcheur sympa qui n'a pas hésité à nous proposer de le suivre pour nous montrer de bons postes que je prends à l'aplomb d'un rocher juste après avoir décroché le plomb un beau brochet fou furieux qui avoisine les 90Cm.
Ce sera ensuite au tour du pêcheur rencontré de toucher un sandrillon et de rater un poisson.
C'est après avoir lancé mon plomb palette contre la rive et tout en accompagnant sa descente bien tendu que je prends une grosse châtaigne, le poisson est beau et offre une belle défense et je suis tout heureux de remonter un joli sandre de 80Cm tout rond.

Le reste de la journée ne donne rien et c'est Kiko qui sur le soir décroche un beau poisson au MM.

Maury et ses perches

Ce n'est pas un secret, le Lac de Maury est surtout réputé pour sa population de grosses perches et c'est avec l'espoir de toucher une de ces énormes zébrées que nous sommes très tôt sur le pied de guerre ce samedi matin.
Damien commence la pêche au drop avec des petits vifs et reste avec cette technique toute la journée, pour moi ce sera petit shad sur Tp pour attaquer.

Dès les premiers lancés, je ressens un beau toc et le ferrage est immédiat, je pense déjà à la belle perche qui se débat à l'autre bout mais finalement c'est un petit sandre d'environ 35cm.

Entre temps Damien m'a rejoint et nous décidons de passer le secteur au peigne fin, c'est là que le festival commence.

Après être passé au drop, nous enchaînons les petites perches de maximum 25Cm et quelques sandrillons sont décrochés mais toujours rien de bien sérieux.
C'est finalement sur le soir dans un secteur profond après avoir raté deux poissons que je pique une zébrée de plus de 40Cm avec l'inévitable plomb palette.
Un peu plus tard, c'est au tour de Dam's de prendre une belle perche au drop, nous prendrons encore quelques perchettes avant de rendre les armes. Dans la journée, nous croisons deux bateaux avec des pêcheurs sympathiques qui ont touché quelques perchettes et sandrillons, ils n'ont pas hésité à nous donner des tuyaux sur les bons postes et nous apprirent que récemment le lac avait subi un très fort marnage ce qui rendait la pêche difficile en ce moment.

Deux jours à Sarrans

Ce week-end, nous sommes de retour sur le Lac de Sarrans pour deux jours.
Après les préparatifs, nous commençons la pêche à proximité de la mise à l'eau, j'ouvre le bal en prenant un sandrillon au drop et kiko enchaîne quelques minutes plus tard avec un sandre d'environ 55Cm touché au mort manié.
Sur la même rive, nous subissons la coupe d'un brochet et les tapes de deux ou trois poissons qui disparaîtront sans demander leur reste et c'est finalement un peu plus tard sous une falaise que je prendrai une perche d'environ 30Cm au drop, on décide d'insister sur le poste pour décider le reste de la troupe mais rien n'y fait. Le reste de l'après-midi ne donne rien et c'est à l'approche du soir que nous nous arrêtons sur un poste magnifique comme il y en a tant à Sarrans dès le premier lancé Kiko sort un beau sandre au MM qui avoisine les 65Cm et en rate un autre peu de temps après. Je décroche aussi un poisson dans le secteur et Kiko termine la journée en beauté en prenant un autre sandre sur une plage toujours au MM.
Le dimanche matin, nous attaquons de bonne heure et je rate d'entrée de jeu un poisson au drop et c'est finalement un peu plus tard après une jolie touche que je prendrais dans environ 15 mètres de fond un sandre de 71Cm au leurre souple.
Le reste de la matinée ne donne rien et alors que concentrés comme jamais nous canardons la berge, un spectacle unique s'offre à nous en effet nous avons la chance d'assister à la chasse d'un faucon pèlerin lancé comme une balle après une mouette qu'il finira par attraper et déguster sur la berge.
Après cet intermède, le déluge commença et en même temps il sonna la fin de la pêche.

Un tour à Couesque


Ce samedi matin, les floats sont à nouveau sur la Truyère au quatrième barrage qui est aussi le plus éloigné de chez nous et c'est avec plaisir que nous retrouvons le Lac de Couesque.
Pour Tony et Damien, la pêche commence au mort manié tandis que pour moi ce sera plastique, les deux compères choisissent la rive profonde face à la mise à l'eau d'Izaguette quand à moi un peu fainéant je reste sur une plage peu profonde où je remarque de l'activité, à part une touche ratée dès le premier lancé l'endroit semble désert.
Soudain un cri résonne sur le Lac, Tony vient de prendre un brochet de 65Cm sous une falaise et peu de temps après c'est Dam's qui prend un brocheton malheureusement je suis trop éloigné pour prendre les photos.
Continuant sur ma rive, j'arrive sur un poste prometteur où je décide d'insister, au bout de quelques lancés, je sens une lourdeur et le poisson commence à se débattre, c'est surement un beau et finalement je suis tout heureux de remonter un brochet de 75Cm avec le leurre bien dans la gueule par chance le fluoro tient bon.Par la suite nous optons pour une pêche plus lente, au drop avec petits vifs et au fireball nous réussissons à piéger de nombreux sandrillons et perchettes se tenant en eau profonde dans le lot Dam's décroche un beau poisson.Nous continuons à avoir des touches jusqu'à l'heure du départ mais malheureusement que du petit.

Pour quand le réveil ?

Après quelques sorties difficiles avec les prises de quelques poissons mais rien d'extraordinaire, nous sommes de retour sur Granval.
Suite à un problème de connexion internet, je n'ai pas pu vous raconter nos parties précédentes qui ressemblent en tout point à celle d'aujourd'hui.

Nous commençons dès l'aube sur un poste que nous connaissons bien et nous remarquons de suite un rassemblement de vifs impressionnants en activité, nous canardons le poste avec différentes techniques mais rien n'y fera, les troupes de carnassiers n'ont pas l'air dans le coup.

Plus incroyable encore même les perchettes ne tapent pas sur le plomb palette et les petits worms montés en drop bref pendant toute la matinée nous n'enregistrons aucune touche et c'est au alentour de midi que je pique un brochet maillé au leurre souple, le bec se tenait à proximité d'une concentration de vifs excités. La prise de ce poisson nous remotive mais le temps passe et les tocs n'arrivent pas, la pêche se poursuit à la verticale au milieu d'un vent tourbillonnant et c'est finalement en arrivant sur le poste pêché le matin que je prends une joli tape, le poisson se défend bien et je sens le fluoro frotté contre ses dents, si c'est un brochet, je suis foutu mais c'est finalement un beau sandre de 70Cm qui se rendra.
Après la prise nous passons le poste au peigne fin mais plus aucune touche ne viendra et nous décidons d'abandonner, épuisés par le vent.

Pour l'instant ce début d'automne ne tient pas ses promesses mais souhaitons que les régiments de sandres et autres perches repartent dans des chasses frénétiques qui nous régaleront jusqu'au premier grand froid.

Vivement l'automne

C'est dans une brume épaisse que nous commençons la pêche ce samedi matin sur Granval dès le premier lancé Tony rate un beau poisson au leurre souple et c'est peu après que je touche après un léger toc un brochet d'environ 60Cm avec un vieux shad Yum. Grâce à un léger vent favorable, nous dérivons doucement dans le bon sens et nous profitons de la beauté et de la tranquillité du lieu soudain un cri brise le silence, Tony vient de prendre un brochet au drop par chance pour lui ainsi que pour le bec, le poisson est piqué en bord de gueule et ne coupe pas le montage. Par la suite nous prendrons encore un brochet et plusieurs perches, la plus grosse ne dépassant pas les 25Cm.
La seule déception vient du nombre incroyable de ratés à la touche et de décrochages, les poissons devenant de plus en plus tatillons avec l'avancé du jour et la monté de la température mais avec le soleil arrivent aussi les touristes, les jet-ski et la grosse péniche
qui dans un raffut d'enfer nous ramenèrent aussitôt dans la civilisation.

Tout est bien qui finit bien...

Et c'est parti pour une sortie en float ce mardi matin, nous sommes sur les bords du lac très tôt et nous nous attendons à observer beaucoup d'activité mais au contraire le vent du nord calma les ardeurs de la blanchaille et seul quelques brèmes énervées viennent sauter autour de nos floats.
C'est au bout d'une demi-heure que je crois tenir mon premier poisson, dans la seconde Tony me dit "çà y est", je ramène mais bizarrement il n'y a aucun coup de tête pendant que je décroche le leurre de la branche qui m'a fait croire, Tony sort une belle perche qui avoisine les 35Cm.
Sur le lancé suivant, je sens une lourdeur et j'annonce à Tony que ce coup-ci ce n'est pas une branche, le poisson se défend bien et je sors un sandre de 62Cm au petit pulse shad noir monté sur TP. Le reste de la matinée ne donna rien et c'est sur le coup de midi que les perches se manifestent, Tony prend et décroche plusieurs belles perches au lipless et j'en touche deux au petit shad mais le calme revient aussitôt et nous n'aurons plus une touche jusqu'au départ. Après avoir rangé les affaires, je fais un dernier tour autour de la voiture pour voir si on a rien oublié et c'est le départ, au bout d'une heure de trajet nous arrivons et commençons à décharger le matos et là c'est la catastrophe je me rends compte que je viens d'oublier une canne, nous repartons aussitôt et sur la route les spéculations vont bon train, Tony me dit qu'on l'a retrouvera mais je ne partage pas son optimisme, pourtant arrivés sur place la canne est bien là et je me dis que finalement j'ai beaucoup de chance enfin cela me servira de leçon pour la prochaine fois.

Un gros pour Tony


Les sorties se suivent et se ressemblent, encore une fois ce week-end, nous avons eu la chance de trouver le poisson.

C'est surtout le matin avant onze heures que nous réalisons la pêche, c'est Tony qui attaque en fanfare en prenant un superbe sandre de 80Cm tout rond entre des piles de pont au mort manié, le poisson se tenait dans le profond et offrit à Tony une bagarre qu'il n'est pas prêt d'oublier.
A peine remis de nos émotions et remontés à bloc, nous enchainons les prises, en majorité de beaux poisson entre 60 et 70Cm malheureusement comme d'habitude nous enchainons aussi les décrochages et les ratés dont dans le lot la perte d'un beau spécimen. Tout les jolies sandres seront pris dans le profond après les cassures seulement quelques petits seront touchés sur les bordures.
La pêche se fait au mort manié, les leurres souples ou dur seront refusés systématiquement à part par les petites perches.
A partir de onze heures jusqu'au soir ce sera le calme plat seul les petites vipères passant à quelques centimètres de nos floats viendront troubler le calme des lieux et c'est sous une chaleur étouffante et complétement lessivé que nous décidons d'abandonner.

Imprévisible...

Après une belle sortie, il y a quinze jours dans le Cantal avec la prise de quelques sandres et un magnifique bredouille le week-end dernier sur le Lac de Lanau, sorties que je n'ai pas pu vous raconter faute de temps et de photos, c'est sur le Lac de Villerest que nous sommes ce week-end.
Avec la canicule annoncée, nous nous attendons à une pêche difficile qui devrait ce faire au petit matin ou tard le soir en ce qui concerne le sandre et nous croyons dur comme fer que les silures seront de sorties et évidemment c'est tout le contraire qui arriva.
Durant tout le week-end, on ne verra pas la queue d'un moustachu par contre les sandres sont bien de sorties, à partir de midi jusqu'à environ trois heures de l'après midi en plein cagnard, c'est un véritable festival. Les poissons patrouillent sur les hauts-fonds et tapent sur tout ce qui bouge que ce soit à n'importe quelle technique, ils sont preneurs. De nombreux sandres entre 50 et 70Cm pour le plus gros sont pris et les décrochages et autres ratés sont légions. Et après ces frénésies de deux où trois heures, c'est de nouveau le calme plat et nous avons l'impression que le poisson a complétement disparu.
Encore une fois les sandres, nous ont complétement dérouté et montré que dans la pêche, il n'y a aucune certitude car si on avait su qu'ils se réveilleraient aussi tard dans la journée, nous aurions fait la grasse matinée.

Un gros de perdu


Ce week-end, les sandres répondent présents dès les premiers coups de lignes, je touche un premier poisson maillé au MM mais malheureusement ils se calmèrent aussitôt pour une longue période.

Ce sera plus tard sur les bordures que Kiko pique deux ou trois sandres d'environ 55Cm toujours au MM. Pendant ce temps, je passe plusieurs techniques en revue mais sans résultat, c'est au drop shot avec un petit vif que je décide d'insister et c'est dans une fosse d'environ 12 mètres que je prends une tape énorme, le ferrage est immédiat après un déplacement lourd sur le coté, le poisson commence à se débattre et là je sens que c'est du costaud, le frein siffle et ma petite canne est pliée en deux mais malheureusement tout redevient léger et je pense déjà que le gros sandre où le silure a réussi à décrocher mais c'était sans compter sur les dents acérés d'un grand bec car c'est bien d'une coupe d'un gros brochet qu'a été victime mon montage, la déception est énorme mais finira par passer.
Finalement la pêche finira comme elle avait commencé car sur le même poste et dans les derniers coups de lignes, je prendrai un sandre au drop.

Sous le soleil

Une fois n'est pas coutume, c'est avec des températures idéales et au soleil levant que nous démarrons la pêche en ce lundi de Pentecôte.
Nous sommes sur le Lac de Lavalette et le niveau est presque au maxi, c'est au bout de quelques lancés que je pique un sandrillon dans le profond avec un pulse shad "fire-tiger" sur petite tête plombée ensuite c'est au tour de Damien de prendre un brochet maillé sur la bordure au MM.

Malheureusement, il s'en suit une période de disette et c'est Damien qui avec un Shad GT monté sur drachko vient briser la monotonie en prenant un sandre en chasse sur la bordure.
Le temps de prendre la photo et de rejoindre mon poste, je pique après une bonne tape un poisson dans les herbiers, pour celui-ci le leurre gagnant est un pulse shad noir monté sur tête sabot légère. Après cette prise, je ne vis plus la queue d'un poisson malgré une ou deux tapes mais Damien sut trouvé la pêche en prenant deux belles perches au leurre souple ainsi qu'un sandrillon.
Le seul regret vient du fait que Tony n'était pas de la partie, il nous aurait fait quelques accélérations de folie avec son float-tube et nous aurait distancé sur les eaux de son Lac fétiche.

Sortie sur Villerest

Pour cette sortie, nous choisissons la Loire, moins d'un an après nous retrouvons à nouveau les rives du Lac de Villerest.
Nous savons par des bruits de couloirs qu'en ce moment les sandres sont de sorties mais uniquement de petits sujets et cela se confirme aussitôt.

Dès les premiers coups de lignes de petits poissons entre 30 et 40Cm seront pris au plomb palette et au mort manié, au milieu de ces touches Kiko réussit un beau coup de ligne en prenant une grosse perche de 45Cm au MM.
La pêche se poursuit avec la prise de quelques sandres maillés au drop et au MM mais pas moyen de faire un poisson qui dépasse les 50Cm pourtant la présence de poissons trophées sur ce lac n'est pas un secret que ce soit les gros silures ou les vieux sandres. En conclusion la bonne nouvelle vient de la grosse concentration de petits sandres qui inaugure de belles pêches futures.

Fallait pas être en retard !

Ce week-end, nous sommes de retour sur le Lac de Sarrans avec l'espoir de pouvoir en profiter un peu plus que la dernière fois et ce fut le cas car cette fois ci le soleil est de la partie même si le vent du petit matin est toujours aussi glacial. C'est à l'aube, à peine la pêche commencée que nous passons à deux doigts du doublé car alors que je viens de prendre un sandre d'environ 60Cm au mort manié, kiko m'annonce "touche" et prend le sien qui avoisine les 70Cm. Les deux poissons se tenaient dans des profondeurs et des lieux différents, celui de kiko patrouillait sur la bordure tandis que le mien se trouvait au large dans une profondeur d'environ 15 mètres.
Par la suite, ce ne fut pas terrible seulement quelques perchettes seront prises au PP et deux brochets au mort manié pourtant ce n'est pas faute d'avoir insisté car nous avons matraqué sans relâche toutes sortes de postes avec diverses techniques mais sans résultat..

Les belles de Loire

Ce matin, nous sommes sur les bords de Loire pour une sortie truite, le temps est clément et le niveau du fleuve est idéal.
Kiko pêche au toc tout d'abord au ver de terre avant de passer à la "petite bête" quand à moi fidèle à mes habitudes ce sera lancer léger en alternant poisson nageur et cuillère.
Le parcours que nous choisissons est superbe, très encaissé dans de magnifiques gorges, les postes sont aussi beaux les uns que les autres, on peut deviner une mouchetée cachée derrière chaque pierre.
Quand à la pêche, ce ne fut pas terrible malgré cela quelques truites sont prises, je touche la plus joli au PN, elle mesure 30Cm tout rond.
Voilà la matinée est déjà passée et nous devons rentrer, nous remarquons quand même une chose étrange, c'est l'absence totale de pêcheur alors que l'on est samedi et que les températures sont plutôt agréables.

Trop court !



C'est sur Sarrans que nous sommes ce week-end mais malgré toute notre volonté face aux éléments déchaînés, pluie forte et vent glaciale, la partie de pêche fut très courte.

C'est avec quelques regrets que nous quittons le Lac car malgré les conditions de folie, les percidés paraissaient de sortie car en peu de temps de pêche quelques poissons seront pris et des ratés furent enregistrés.

C'est Kiko qui prendra le plus beau sandre au mort manié, ce sera surtout cette technique que nous utilisons pendant les deux ou trois heures de pêche.

C'est un peu frustrés que nous abandonnons mais ce n'est que partie remise.

Dur, dur !!!

Très difficile, cette première sortie de l'année 2010, autant par le vent et les températures glaciales que par l'inactivité du poisson.

Après plusieurs semaines de sevrage pour cause de mauvais temps, nous sommes motivés à bloc, les floats sont vite à l'eau et la pêche commence, la verticale, le drop et le mort manié très lentement seront les trois techniques utilisées pour la journée mais malgré tous nos efforts nous ne verront pas la queue d'un poisson.
Seul deux ou trois petites tapes que nous mettrons sur le compte de perchettes seront enregistrées dans la journée.
Malgré tout, cela nous aura permis de faire un petit entraînement et une remise en forme pour la suite de la saison.

Partenaires: Shootnews | Natuxo