De belles et méfiantes truites d'été...


Histoire de se changer les idées et de faire un peu d'exercice, nous partons au petit matin avec Kiko sur l'Allier pour une sortie à la truite. Les eaux sont basses et très claires, les températures sont fraîches et le soleil caché par la brume ne chauffe pas trop pour l'instant.

Kiko pêche à la mouche, il prendra un ombre d'environ 25Cm, plusieurs tacons et de nombreuses ablettes qui auraient été parfaites pour une sortie aux carnassiers.
Pour ma part, je prendrais deux truites maillées au poisson nageur qui repartiront à la rivière après la photo, j'aurais également de nombreuses touches dont deux belles truites qui devaient avoisiner les 35Cm.
En effet c'est en passant mon petit rapala plongeant à coté de gros blocs rocheux que plusieurs fois, j'aperçus des torpilles lancées à vive allure sortir de sous le rocher venir mettre un coup de tête au poisson nageur et repartir en un éclair dans leurs planques.
Est-ce-que ces superbes truites défendaient leurs territoires en éloignant l'intrus d'un coup de nez ou devinaient le piège au dernier moment ?
Difficile de répondre à la question, en tout cas Mesdames les farios merci pour ce super spectacle et bravo pour ne pas être tombées dans le panneau.

Après les canoës viennent les brochets...



C'est avec Paolo que ce lundi 4 août, nous prenons la direction des rives de la Loire pour tenter de prendre un de ces gros becs qui hantent les eaux du fleuve.
Nous démarrons la partie pêche en milieu d'après-midi sous un soleil de plomb et une chaleur étouffante.
Paolo pêche en alternant leurre souple, cuillère et poisson nageur et je débute avec mon tout nouveau x-rap shad qui nage à merveille.
Déjà, deux heures que l'on pêche et aucune touche, pourtant, on le sait les becs sont là, derrière les herbiers à l'affût des meutes de petits blancs qui rodent dans le quartier, soudain des bruits sourds nous parviennent de l'amont et la valse des canoës commença, pendant plus d'une heure, ils passèrent devant nous souriant en demandant si ça mordait. Inutile de vous dire que l'on pensait que les carottes étaient cuites mais bon à la pêche il ne faut jamais désespérer.
Arrivé à côté d'une vieille barque, je décide de passer au leurre souple, mon shad sur monture drachko passe deux fois sans succès puis au troisième passage c'est le blocage, un joli brochet d'environ 70Cm aux superbes couleurs venait de le prendre, il m'offre une jolie bagarre, pose pour la photo et regagne son élément. Un peu plus tard, c'est au tour de paolo de piquer son bec en pêchant la lisière des herbiers à la cuillère, un poisson de 60Cm qui retrouvera lui aussi les eaux de la Loire.
Finalement, je pense que le passage des canoës n'aura perturbé le poisson que pendant une courte période car une fois le calme revenu, la vie de la rivière retrouva ses habitudes.

Les brochets de Lavalette...


Si, il existe un lieu en Haute-Loire où le brochet est bien représenté et se plaît à merveille, c'est sur le Lac de Lavalette où les eaux pures et fraîches du Lignon offrent à Esox un habitat de choix.

Ce vendredi 1er aout, nous prenons la direction du lac de montagne pour une partie de pêche du bord, des orages incessants nous accompagneront toute la journée, nous rentrons à la maison trempés mais contents car les brochets étaient bien au rendez-vous et nous offrirent une belle journée.
Tony pêche avec un shad vert pailleté et transparent de 11cm qui rendra les becs fous durant toute la journée, c'est d'ailleurs lui qui ouvre le bal avec trois ratés consécutifs dont certainement dans le lot un beau poisson. Son shad déchiqueté, lui permettra de sortir encore de nombreux becs mesurant tous entre 40 et 50cm avant de finir son aventure dans la gueule d'un brochet qui lui coupera net son fluorocarbone.
Ayant décidé d'attaquer au poisson nageur et n'ayant pas une touche, je compris vite qu'il fallait passer au leurre souple et après avoir monté un shad sur tête plombée, les attaques débutèrent aussitôt. Je prendrai plusieurs brochet entre 40 et 50Cm et je décrocherai un joli poisson qui devait avoisiner les 70Cm. Si les becs étaient dehors et visiblement excités par ce temps orageux ce n'était pas du tout le cas des sandres et des perches qui avaient le bec cloué. Malheureusement, nous n'avons pas mis au sec de gros becs, en effet seul deux brochets dépassant les 50Cm poseront pour la photo.

Partenaires: Shootnews | Natuxo